Portugal...2e partie du voyage

Accueil Remonter Portugal... 3e partie du voyage

 

Amarante... Porto

84 km

 

 

 

Après avoir fait les pleins aux sanitaires, nous irons faire une visite d'Amarante... jolie petite ville sur son rocher... calme... verdoyante avec le Rio Tamega à ses pieds.

 

 

 

Ensuite, nous prendrons la Direction de Porto en empruntant exceptionnellement l'autoroute A4 ce qui est beaucoup plus facile que d'emprunter la N15. Nous quittons l'autoroute à la sortie de Gaïa en direction de Lisbonne. Nous redescendons, après avoir demandé notre chemin, l'avenue de la République qui nous mène jusqu'au Pont D. Luis 1er. En prenant à gauche, juste avant le pont, nous longeons les quais du Douro sur la droite et les caves sur la gauche. C'est en continuant que nous stationnons sur le parking Porto Ferreira, à quelques mètres de la cave du même nom.

 

 

 

Voilà l'endroit idéal pour stationner et visiter Porto. Après un déjeuner, nous irons visiter Porto à pied. Pour cela, il suffit de traverser le Douro par le Pont D. Luis 1er. 

 

 

    Porto, construit sur une colline, nous grimpons, grimpons pour arriver à la cathédrale... magnifique de l'intérieur, un peu moins de l'extérieur à notre goût. Après avoir arpenté les petites rues étroites, dont la Rua das Flores, nous irons faire un petit tour à la gare. Nous redescendons cette colline aux ruelles hautes et étroites avec une circulation intense, en s'arrêtant au Palaccio de Bolso. 

L'animation se crée par la circulation routière assez encombrée et bruyante et non sur les trottoirs. Les habitants des vieilles ruelles donnent l'air d'être aussi pauvres que les appartements qu'ils occupent... réalité ou impression ? Peut-on en juger ? Le Douro touristique reprend son charme romantique de sa haute vallée seulement la nuit. Les anciennes barques transportant les tonneaux du futur nectar s'effacent. Le Douro devient le miroir des sites historiques. 

 

Si la restauration des vieux quartiers se poursuit, alors dans 15 ans peut-être, les vieilles rues étroites et hautes auront trouvé leur couleur. Peut-être que la poussière n'étouffera plus le passé. Mais il faut conserver une âme. Le voyageur de passage ne peut approfondir cette question. Elle est garante d'une conservation d'authenticité pourtant.

 

Porto, ville historique où la pauvreté semble s'être installée malgré quelques rénovations... gaie et triste, colorée et sombre à la fois, Porto s'illuminera à la tombée de la nuit alors que nous sommes en train de dîner dehors au bord du Douro... Porto illuminé devient un Porto différent en se regardant dans le Douro.

 

 

 

C'est ici, sur la place Porto Ferreira, à Gaia, que nous passerons la nuit

 entourés d'autres Ccar.

Porto... Vila do Conde

55 km

 

Nuit calme et en route pour les caves ! Avant, nous faisons un tour rapide dans petit marché (couvert)  qui est pratiquement terminé à 10 h. Nous découvrons d'énormes courges. 

 

 

Maintenant il est l'heure de pénétrer dans l'antre de l'ancien couvent qui baigne dans la pénombre séculaire des caves Ferreira. La visite est agréable dans un très bon français. Nous aurons des détails sur l'historique de cette famille, de la fabrication de ce vin rouge bu en digestif au Portugal, le blanc étant servi en apéritif. Douze millions de litres de Porto sont entreposés. Le plus gros tonneau contient 70 000 litres. Nous verrons une partie musée, puis en final nous passerons à la dégustation. Un porto blanc et un tawny seront servis à chaque adulte à bonne dose. A la sortie, l'ambiance est si joyeuse entre nous que nous en oublierons nos sacs de marché entreposés à l'entrée qui n'est pas le même lieu que la sortie.

 

Nous nous dirigeons vers la mer. Nous n'aurons pas trop de difficultés pour nous arrêter. Nous trouvons un petit parking municipal gratuit à la plage de Lavadorès à quelques kilomètres de Porto. Nous mangeons sous l'auvent entre les deux Ccars. L'après-midi est décontracté. La plage nous reçoit pour s'allonger pour sortir un cerf-volant, pour creuser le sable, pour écrire des cartes postales. 

Nous quittons la plage de Lavadorès pour nous diriger vers Vila do Conde après avoir traversé Porto. Vila do Conde nous accueille sur un grand parking près du fort. La fraîcheur de la température et le vent du nord nous obligent à dîner dans l'un des Ccar.  Bon, essayons de ne pas nous coucher tous les jours à minuit.  Bonne nuit... ! Oui, mais voilà ! Il faut vérifier que la baraque bleue là-bas peut être un endroit où nous pouvons vider nos WC. GG et Sylvain s'en chargent... ce sont des WC... Impeccable.

 

Quelques temps plus tard, tous les deux avec deux autres campin-caristes joueront les bons samaritains en aidant trois voitures de jeunes Portugais qui s'étaient ensablés les uns après les autres. C'était l'animation de notre soirée. GG poursuivra la conversation avec les Ccaristes jusqu'à une heure du matin.

Vila do Conde...Bom Jesus

60 km

A Vila do Conde, nous prenons notre temps toute la matinée. Des bus qui emmènent des groupes d'enfants à la mer s'alignent sur le parking où nous avons dormi. Chacun découvre le bord de mer à sa façon : promenade dans les rochers, recherche de coquillages, simple marche mais pas de baignade, il fait froid. 

A midi, nous pique-niquons entre les deux Ccars à l'abri du vent. En fin de repas, GG marchande une canne à pêche à 10 € à un "colporteur" de plage avec sandwich et coca intégrés à la négociation. 

 

 

 

 

Nous partons ensemble marcher jusqu'à la petite chapelle qui n'a rien pour attirer de l'extérieur. Mais en y pénétrant, quelle surprise ! Habillée de peintures anciennes au plafond, d'azulejos sur le bas des murs sans  oublier les sempiternelles statues peintes. Nous finirons notre promenade sur la jetée de Vila do Conde.

 

 

Nous reprenons la route en direction de l'intérieur via Vila Nova de Famaliçao puis Braga que nous passerons pour arriver au parking ombragé au bas de Bom Jesus. La montée des marches est dédramatisée, nous peinons peu. 

Ce Bom Jesus est à voir : tunnel de végétation pendant les premières marches, la deuxième partie demeure celle que l'on voit sur les guides. Sur l'esplanade de l'église, des photographes d'une autre époque révèlent leurs prises de vue noir et blanc en plein air. Le résultat donne  une photographie rococo.

 

 

 

De retour au parking, un groupe de Portugais attablés sirotent quelques bouteilles. Une dame nous demandera notre aide pour un problème de réfrigérateur dans son Ccar en location. Son mari a couru vers la ville pour trouver l'office de tourisme et des adresses de réparateurs. En attendant, GG et Sylvain ont effectué la réparation : démontage et nettoyage du gicleur. Cette dame est soulagée et nous la comprenons par cette chaleur sans frigo. Nous passons le reste de la soirée tous ensemble à dîner en plein air jusqu'à la nuit bien avancée sans lumière. Le parking s'est rempli de Ccars et devient très européen.

N'empêche que pour les Portugais, cet endroit reste un lieu de rendez-vous galants jusqu'à deux heures du matin.

Bom Jesus... Espinho

132 km

Après une nuit calme à Bom Jesus, nous partirons sur Barcelos vers huit heures du matin pour trouver une place en ce jour de marché. C'est sur le parking de la piscine qu'il y a de la place, parking que nous conseillons à cinq minutes du marché.

 

 Barcelos accueille un marché important, le plus grand du Portugal dit-on. D'étalages en étalages, nous nous promenons dans ce marché... avec ses poteries, ses vanneries, ses vêtements, ses fleurs, ses légumes sans oublier ses coqs en porcelaine. Le coq qui a une légende est l'emblême du Portugal . Beaucoup de monde qui regarde, qui fouille dans une ambiance familiale. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Barcelos... nous ne sommes pas très loin de chez Laura, famille portugaise vivant près de chez nous et copine de Floriane. Un coup de téléphone à midi, ils sont sur Barcelos dans un restaurant. Le rendez-vous est pris et nous les retrouvons dans un immense restaurant, le Bagoeira avec ses cinq salles qui peuvent accueillir jusqu'à 1400 personnes. Nous nous installons, discutons avec la famille de Laura et passons notre commande... Repas copieux... très bonne cuisine traditionnelle... 

 

Après ce repas, nous serons accueillis chez Laura, dans un petit village près de Vila Nova de Famaliçao, à Ruivaes exactement. Nous arrivons dans la maison natale de José, le père de Laura, petite maison rénovée avec goût. 

Le rêve, il y a une piscine... tous à l'eau, dans une eau à 30°, il faut dire qu'il fait très chaud aujourd'hui... jeux, rigolades, éclaboussures font la joie de tous. Floriane et Laura sont heureuses de se retrouver. Ils nous invitent à dîner, un dîner excellent préparé par un ami de José qui est cuisinier et qui prépare des plats à emporter que José est allé chercher. Discussion, amusements, nous découvrons qu'ici, on mange la soupe aux choux à la fin du repas... surprenant mais quel repas ! L'estomac va-t-il supporter cette journée gastronomique ?

 

Nous quittons toute la famille à plus de minuit pour nous diriger au sud de Porto, comme prévu. C'est par l'autoroute A3 que nous passerons Porto pour ensuite arriver à Espinho, petite ville en bord de mer.  Nous passerons la nuit sur le parking de l'esplanade maritime.

Espinho... Torreira

60 km

Même proche d'une gare, on peut dormir d'un sommeil de plomb à Espinho face à la promenade maritime. La matinée est vite passée (lever tardif, ménage) . Avec Floriane, nous allons nous baigner ou plutôt tremper les pieds pour évaluer la température de l'océan. Très froide comme en Bretagne, nous n'allons pas nous laisser porter par une telle mer. 

Vers midi, Jo et Kévin sont partis assister à des matchs de Beach Volley pendant que tous les autres sont en ville. Nous achèterons notre déjeuner dans une sorte de cafétéria qui permet de prendre des plats à emporter. Nous repartons en direction des Ccars pour manger à l'intérieur, le vent est froid dehors.

Nous reprenons la route qui longe la côte jusqu'à Torreira où nous voyons les fameux bateaux colorés nommés "moliceiros". Ballade à pied avec nos chiens le long de la digue et séance photos sur ces moliceiros. Nous apprécions la tranquillité de ce bord de lagunes à quelques kilomètres d'Aveiro. 

Nous allons jusqu'à l'océan mais revenons à Torreira sur le parking face au petit port des moliceiros où nous passerons la nuit. 

 

Activités diverses pour chacun, pêche à la ligne, il faut bien essayer la nouvelle canne de GG, pêche à l'épuisette pour d'autres... quelques touches et quelques petits poissons.

 

 

 

 

Après le dîner, nous repartons pour une petite ballade le long de cette lagune où flottent ces moliceiros multicolores.

Torreira... coimbra

125 km

Lever vers 8h00, je sors Ninette, Kévin part à la pêche, Jo a 15 ans. GG rejoint Kévin à la pêche... Quelques prises matinales. Quand tout le monde est prêt, nous prenons la route en direction d'Aveiro en traversant quelques petites villes le long de la lagune. La route en bord d'eau nous fait faire quelques demi-tours... Plus loin, dans une maison, un mariage se prépare. Nous arrivons sur Aveiro à la recherche d'un centre commercial pour faire quelques courses. C'est un Carrefour qui  nous ouvre ses portes.  C'est l'anniversaire de Jo, nous mangerons tous ensemble dans un Ccar. Au moment du dessert, Jo soufflera ses bougies et tout le monde lui chantera "Feliz Aniversario".

 

Nous rejoignons Aveiro pour une petite visite. Nous trouvons de nouveau un mariage devant la Sé (la cathédrale). Un rapide coup d'oeil dans la cathédrale.  Pas de badauds pendant la cérémonie ! Respect oblige.

Nous découvrons les canaux avec trois ou quatre moliceiros mais moins jolis qu'à Torreira... Ils flottent plus ici pour la carte postale. Nous remontons les rues jusqu'à la gare éclatante de blancheur avec de grands panneaux d'azulejos.

 

 

 

 

 

Nous reprenons la route pour rejoindre Coimbra. Sur le chemin, une femme emmène un beau cochon rose bien gras en le tenant en laisse... original ! Nous arrivons à Coimbra, première ville universitaire du Portugal. Après deux tours autour des universités, nous trouvons un parking pour la nuit entre jardin, rio Mondego, station d'essence Galp et terrain vague... l'endroit idéal.

Nous prévoyons des poissons au barbecue mais ils finiront à la poêle, Sylvain a un problème avec son barbecue à gaz... pas grave, les dorades sont excellentes. Soirée délire dans le Ccar de Sylvain et M.Laure pendant que dehors les "rendez-vous galants" tournent" bien. Nous passerons la nuit sur ce parking au bord du Rio Mondego.

Coimbra... Sao Pedro de Muel

101 km

Il fait chaud, le soleil est au beau fixe. Des jeunes se garent sur ce parking, se rassemblent pour apparemment passer une journée ensemble en montant dans un bus. Vers 10 h 30, nous grimpons quelques ruelles, nous ne nous arrêtons pas dans la Sé car un mariage s'y prépare... décidément...

 

 

Nous arrivons sur l'esplanade de Largo da Sé Nova que nous visitons ainsi que le musée national de Machado de Castro.

 

 

 

 

 

Nous nous dirigeons vers la vieille université (la première crée au monde). Nous pouvons voir The gran Hall, The Private Examination hall, The St Michael'Chapel.

 

 

La Bibliothèque s'ouvrira à nous seulement vers 13 heures.

 

 

 

 

Après toutes ces visites qu'il ne faut pas manquer, nous déjeuneronss en plein air sur notre parking auprès du Rio Mondego. 

 

 

 

 

 

Dans l'après-midi, nous nous arrêtons à Conimbriga pour visiter le site archéologique romain.

 

L'originalité de ce site tient dans les colonnades et la maison des jets d'eau. Un joli musée bien présenté nous fait découvrir les vestiges de ce site.

 

Nous reprenons la route en direction de la mer, une route où de part et d'autre on peut voir des poubelles éventrées, des détritus divers qui pourrissent en plein air... dommage de salir de si jolis paysages. 

Il fait beau, il fait chaud, mais environ dix kilomètres avant le bord de mer, le soleil n'existe plus, la brume atlantique enveloppe les pinèdes de sa grisaille.

 

 

Nous stationnons à Praia Velha, sur la commune de Sao Pedro de Moel où nous allons passer la nuit... La température a chuté. L'Atlantique déroule ses rouleaux inlassables, quelques pêcheurs restent sur le bord. La soirée est studieuse pour planifier la fin du séjour pour Sylvain et M. Laure tandis que les enfants jouent ensemble à Risk. Nous nous endormons à Sao Pedro de Moel, dans les dunes sous le bruit d'une mer agitée.

 

Sao Pedro de Moel... Cabo carveiro

131 km

Le vent est froid ce matin, la mer est toujours agitée, rien de bien agréable pour passer la matinée sur la plage. 

 

Nous décidons de rejoindre Batalha pour visiter le monastère.... imposant par ses volumes. Il gagne en beauté par toutes ses sculptures dans la pierre qui font penser à de la dentelle. Le Cloître est magnifiquement décoré avec de belles perspectives. Dommage que les rayons du soleil ne transpercent les nuages que par moment, les ombres des colonnades auraient ajouté du charme. La tombe des deux soldats inconnus sont gardés par deux militaires en position immobile en attendant la relève de la garde à laquelle nous assistons. 

 

 

 

 

Après cette visite, nous pique-niquons à proximité du monastère sur des tables et des banc de pierre, un endroit où l'on pourrait passer une nuit. Nazaré nous tend les bras du haut de son rocher, très beau belvédère donnant sur la plage et les environs. Beaucoup de chambres à louer, adressez-vous directement aux dames assises sur les trottoirs qui en attendant les clients, brodent ou bavardent.

 

 

 

 

 

Ballades dans les ruelles restaurées, petit tour dans l'église, shopping dans les boutiques à touristes, des vendeuses très sexy dites aux 7 jupons vendent des fruits secs... Assez pittoresque !

 

 

En fin d'après-midi, nous longeons la mer puis nous nous dirigeons vers Obidos, ville médiévale. Nous découvrons cette cité en marchant en haut des remparts puis en déambulant dans ces ruelles très fleuries.

 Obidos, jolie ville où il fait bon s'y promener le soir, à la fraîche.

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouvons la mer après avoir traversé Péniche... Cabo Carveiro nous attend avec ses falaises érodées de façon peu usuelles, son phare et sa corne de brume... Nous retournons en arrière, deux kilomètres peut-être pour nous arrêter à Papoa, en haut des falaises, au bord de la mer... un peu de vent, des Ccars parsemés, la nature est là, la mer à nos pieds. 

 

C'est ici que nous passerons la nuit, à Papoa.

 

 

 Cabo Carveiro... Cabo da Roca

121 km

Nous nous promenons sur l'"île" de Papoa sans M.Laure (trop de vent). Nous essayons de prendre la route côtière après un petit tour au port de Peniche. Nous apercevons de belles plages ventées. 

 

 

Des moulins anciens ponctuent le paysage. Il fait beau. 

 

 

J'aurai bien aimé m'arrêter dans Ericeira mais la traversée en Ccar fut délicate avec des ruelles rendues étroites par le stationnement de voitures et les balcons bas. Nous nous arrêtons seulement à l'extérieur pour la contempler de loin et pour "décontracter" les nerfs de chaque adulte. 

Morale: mieux vaut découvrir Ericeira à pied. 

 

 

Sur la route pour Sintra, Manon tombe malade... la fièvre monte.  Nous allons voir le palais royal et les vieilles rues pentues des bourgeois. Nous nous renseignons pour rejoindre le palais iconoclaste de Pena. Nous renonçons car il faut marcher pendant 4 km et en plus  les tours sont dans la brume. 

 

 

Nous quittons Sintra par Colares. La route est embrumée, sombre, bordée d'essences d'arbre différentes. Des eucalyptus pendent comme des lianes. On a l'impression d'être en pleine jungle, la route et la température en moins. Nous assistons au coucher de soleil au Cabo da Roca, pointe la plus occidentale du continent Européen. 

Une colonne signale ce repère géographique. Il doit avoir le pied bien ancré au sol, car nos pieds auraient plutôt tendance à se soulever à cause de très violentes rafales de vent. Petits délires à cet endroit.

 

 

Nous dînons. Puis nous dormirons "bercés" par le vent infatigable même au milieu de la nuit. Le ciel s'est dégagé. Les étoiles percent la voûte nocturne. Cela contraste avec la force du vent.

 

 

 

Cette page a été mise à jour le : 02/09/2006 21:35:17