Le Péloponnèse

Accueil Remonter

 

Merci de continuer le voyage avec nous en parcourant le Pélopponèse

Arrivée sur le Péloponnèse... toute la journée, c'est un va-et-vient de bacs dans les 2 sens, toujours très chargés de voitures, d'autocars et de camions. Nous nous rapprochons d'Olympia en empruntant la route qui longe la côte et rapidement nous arrivons La plage à Epitalioà Pirgos pour quelques courses et retournons en bord de mer sur la plage d'Epitalio. Le décor est complètement différent... longue  plage de sable fin... plage désertique. Nous pourrions dormir ici ou sur le long de la côte mais préférons aller dormir à Olympia pour la visite du site archéologique, tôt demain matin. Nous rejoignons le site par Krestena pour arriver à Olympia à la nuit tombante. Tout près du site, un parking va nous permettre de dormir à l'ombre de grands arbres en compagnie d'autres camping-car, fait assez rare pour nous jusqu'à maintenant. Dîner à la chandelle en vue d'une nuit chaude.

Une fleur sur la plage d'Epitalio

 

 

 

 

Olympia... Almiro (sud)

156 Km

Colonne sur le site d'OlympiaRéveil matinal ce matin, nous partons pour la visite du site archéologique d'Olympia qui ouvre dès 8 heures du matin. Nous y sommes à 8h30, avant l'arrivée des touristes qui arrivent par car et avant la chaleur qui frappe fort dans ses ruines. Le musée est fermé en ce moment, nous visiterons uniquement le site qui date de 776 av.J-C. C'est en mai 1829 que les premières fouilles ont commencées pour déblayer des tonnes de terres. Le site est très ruiné mais donne à nos jeux une image, une atmosphère assez proche de ce que fut cette riche période historique. C'est ainsi que l'on découvre : le gymnase, la palestre, l'atelier de Phidias, le Léonidaion, le temple de Zeus, le temple d'Héra et le stade que l'on franchit par un magnifique porche. C'est ainsi que l'on quittera le site après 2h30 de visite où la foule grossit et la chaleur se fait de plus en plus sentir... Très beau site que celui d'Olympia même si on aimerait voir debout un peu plus de monuments.. mais combien d'années sont passées par là ? Un petit tour dans Olympia, petite bourgade Le Temple de Zeus, les colonnes écrouléestrès touristique où certains magasins n'hésitent pas à nous interpeller.Le temple d'Héra sur le site d'Olympia

 

 

 

 

 

 

L'entrée du stade à Olympia

Le stade d'Olympia

Olympia, une frise sculptée

Il fait chaud, il est plus de midi et nous partons en bord de mer en direction du sud. Nous longeons la côte pour nous arrêter sur la plage de Zacharo... longue plage de sable fin... très chaud, avec une eau plus chaude que ce que nous avons constaté jusqu'à maintenant.Plage de Zacharo

Nous reprenons la route à l'intérieur  à partir de Kalo Nero direction Alagi, Kalamata. Belle route bordée de lauriers roses, de cyprès, d'eucalyptus. Paysage très agréable. Nous traversons Kalamata, grande ville de bord de mer avec un arrêt courses. Nous longeons la mer par petites routes et petits bleds avec terrasses de resto jusque sur la plage. C'est ce que l'on appel avoir les pieds dans l'eau ! Nous trouvons finalement un endroit à côté de bambous. La mer est à 30-40 mètres de nous! C'est une plage de galet à Σantaba. Nous nous devons de faire un petit nettoyage de notre emplacement si nous voulons manger dehors... voilà qui est fait... nettement plus agréablePaysage sur Almiro.

 

 

Crique sur la route du Magne

ALMIRO...

 PIRGOS DIROU

96KM

 

 

 

Une ruelle à Agious NikonosBonne baignade ce matin jusqu'à environ 12h30. Beaux poissons, banc de dorades surprenant, petite grotte. Après le repas nous reprenons la route direction Le Magne, route qui surplombe la mer. Nous nous arrêtons souvent pour photographier sur le bord de route notamment un petit village :  Agious Nikonos !Agious Nikonos et son église

Village du Magne

 

 

 

 

 

 

Baignade au coucher de soleil à Pirgos Dirou

 

 

Arrêt baignade dans des rochers. Arrêt à Aréopoli pour plein d'essence et plein d'eau. Direction Pirgos Dirou où nous trouvons une petite crique paradisiaque près des grottes marines qui se visitent. Baignade au coucher de soleil. Barbecue,  tzatziki et melon du pays avant de s'endormir la mer à nos pieds...

Coucher de soleil à Pirgos Dirou

PIRGOS DIROU... Githio

140kmLa plage et son environnement à Pirgos-Dirou

 Après un petit déjeuner face à la mer, un petit bain de mer pour nous rafraîchir car il fait chaud de bonne heure. Le frigo ne semble pas aimer la chaleur et celui-ci fonctionne de moins en moins bien. GG démonte le brûleur, celui-ci est encrassé, remonte le tout après un bon nettoyage et 1 heure après, le frigo retrouve son efficacité. Nous allons avoir de l'eau fraîche pour l'apéro... un petit Ouzo. Repas toujours collectif avec nos amis et nous quittons le Haut Magne pour nous rendre à Mystras via Githio par une route agréable.

Mystra et son chateauMystras, construite en amphithéâtre autour de la citadelle, Mystras étage ses églises et ses monastères byzantins, ses palais et ses maisons en ruines sur le flanc escarpé de la montagne. Cour intérieure d'une église à MystraMystra vu du chateau

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, Mystras est peuplée seulement de quelques religieuses. Il faut compter environ 3 h A/R pour vaincre le château qui domine la vallée à 360° avec une vue imprenable. Une petite pluie rafraîchit l'atmosphère ce qui rend notre ballade encore plus agréable... Mystras... une visite à ne pas manquer.Une église à Mystra

A notre retour au parking, on rencontre des camping caristes que nous avons vu au Gorges de Vikos et qui semblent très déçus de la Grèce à tel point qu'ils ont avancé leur retour d'une semaine : mauvais accueil... arnaque... exploitation du touriste et même expulsion par la police d'un bivouac en bord de mer... nous ne sentons pas le même malaise et sommes bien décidés à poursuivre notre route. Epave sur la côte juste après GithioCe que nous faisons en revenant sur Githio et nous empruntons la route du sud. Quelques kilomètres après Githio, nous trouvons une belle plage accessible par un chemin, quelques camping-car sont déjà installés, endroit facilement repérable par l'épave qui gît sur la côte. Nous finissons la journée au restaurant de la plage où nous apprécions les beignets d'aubergines et de courgettes ainsi que les souvlakis pour finir avec un café grec. C'est ainsi que nous avons apprécié notre journée avant de nous endormir sous un ciel étoilé en écoutant la mer.

 

Plage au sud de Githio

Githio... Plaka

173 km

C'est la chaleur qui frappe déjà fort ce matin et nous invite à la baignade de 10 heures. Le parking se remplit assez vite et se vide vers 13 heures alors que nous sommes à table. Jolie Plage de sable fin dégageant une jolie vue sur Githio avec son épave à ses pieds. En passant par Skala et son église

 

 

Nous reprenons la route en direction de Monembasía par une agréable route qui serpente entre les orangers puis les oliviers. C'est à Géfira que nous arrivons et passons la jetée pour nous arrêter parking à droite. Il faut savoir qu'avec nos véhicules, il est hors de question d'aller à Monembasía. Le rocher de MonemvassiaC'est à pied en 1/4 d'heures que nous rejoignons cette ville invisible de la côte. On la nomme aussi le Gibraltar grecque... il y a une petite ressemblance dans la forme de la côte.

Monemvassia, la cathédrale et sa placeMonembasía est une cité fortifiée médiévale à demi ruinée qui se dissimule face à la mer sur le versant d'un rocher abrupt haut de 300 mètres relié au continent par une simple jetée. Monembasía compte 90 habitants alors qu'elle en comptait plus de 30 000 au 15e siècle. Si la première rue est remplie de restaurants et de boutiques de souvenirs, nous nous promenons à travers des petites rues étroites qui nous mènent aux remparts sud en passant par sa petite cathédrale. Un village comme on les aime, qui a encore gardé tout son charme grâce à sa situation géographique et à l'étroitesse de ses rues qui ne peut permettre le passage de voiture... gardien au sifflet à l'entrée de la cité.Une rue dans Monemvassia

 

Nous reprenons la route en direction du nord, à travers le Massif du Parnasse... route très sinueuse, pas toujours en bonne état qui va nous emmener petit à petit à Léoniro après avoir passé Géraki (à contourner par le bas) puis Tiros (très étroit et très pentu) Le temps nous manque car il serait agréable de passer une nuit dans ce beau massif et réduirait un peu l'étape (3h). Beau massif du Parnasse !Route de montagne sur Tiros Les gens qui ont mal au coeur en montagne peuvent se munir de cachets... épingles à cheveux sur épingles à cheveux. Nous allons prendre place à Plaka, à 4 km de Léonidio, nous stationnons le long de la plage où quelques camping-car sont déjà garés. Nous sommes samedi, Plaka est animé avec beaucoup de monde dans les restaurants autour du Port.

 Coucher de soleil en montagne

Plaka... Iria

108 km

Plaka et son agréable portLe début de la nuit fut un peu bruyant mais nous étions samedi soir. Floriane inaugure la plongée en apnée pour rechercher des coquillage. Plaka avec son petit port qui accueille aussi bien des bateaux locaux que des voiliers de plaisanciers.

 Plaka et sa belle plage

Nous quittons Plaka pour s'arrêter à Léonidio pour quelques courses et c'est une petite épicerie sombre qui nous ouvre sa porte un dimanche à 13 heures. C'est un vieux monsieur qui nous accueille, très sympathique et qui parle un peu le français, parmi toute sa marchandise entassée dans les rayons... une petite boutique comme on les aime.

Entre Mili et NafplioEn sortant de Léonidio, la route d'Argos traverse dans le lit de la rivière à sec aujourd'hui. La route ensuite borde la côte où petites criques et rochers alternent. Nous déjeunons sur un parking à côté d'un camping après Tiros. Les enfants piquent une tête pendant que nous avalons notre café. Ensuite la route continue de la même façon agréable, avec quelques possibilités de passer une nuit sur des petite criques accessibles. Après avoir fait les pleins dans une station service, l'horizon est bouché en direction de Nauplie. Entre Mili et Nafplio

Entre Mili et NafplioL'orage se fait de plus en plus sentir. Le vent se lève lorsque nous faisons une halte photo le long d'une petite rivière se jetant dans la mer. Ce lieu se situe entre Mili et Nafplio. Beaucoup de petits bateaux de pêche sont accostés. L'endroit doit être animé le matin. Ensuite, la pluie tombe à Nafplio mais la photo mania nous arrête. Nafplio et sa citadelle

 

Cette ville à l'air bien séduisante mais la pluie nous arrête. Nous nous dirigeons vers Tolo, mais là, pas de nuit possible, les campings, les hôtes, les bungalows, les mini market et petites boutiques de plage occupent entièrement l'espace jusqu'à Drepano. Nous nous garons enfin à Iria, entre café-plage et appartements sur un parking... le temps est lourd... l'orage menace.

 

 

L'orage menace

Iria... Galatas

152 km

Iria et sa plageLe ciel est radieux, la baignade géniale. Nous déjeunons en mangeant une pita vers midi et demi car nous nous rendrons au site archéologique de Mycènes. Nous visitons sous la chaleur, sauf dans les tombes et dans la citerne souterraine qu'il faut découvrir avec une bonne lampe car on descend des marches millénaires dans l'obscurité totale. Mycènes-Le cercle RoyalProche du fond, les parois sont humides. Le site se remplit de touristes par flots.Mycènes-Acropole-la porte des lions Le cercle royal est étonnant avec ses grandes pierres debout sinon les découvertes lors des fouilles ont dû ravir les archéologues. Le musée situé en contrebas présente de façon moderne dans de grandes vitrines les poteries, le trésor d'Agamemnon, son masque d'or et d'autres bijoux en or. On peut photographier ce que l'on veut. Et dire qu'à la même époque (-4000 ans), des hommes peignaient au fond des grottes de Lascaux en Dordogne. Et les Français s'en orgueillent alors qu'à Mycènes les artisans travaillaient déjà très finement l'or (pièces de monnaie au musée). Quel contraste chronologique ! Ensuite, nous faisons quelques boutiques de poteries. Un monsieur parlant bien français répond à nos interrogations. Ainsi, nous savons que les lits des rivières sont asséchées depuis des siècles, que la nappe phréatique dans le Péloponnèse se trouve à 400 mètres sous terre. Cette année, il a plu et les nappes ont pu remonter. Au niveau du tourisme, il nous dit que c'est une mauvaise année, pour les touristes et pour les grecs, et ce depuis le 1er janvier 2002, date de la mise en place de l'euro.

Mycènes-Accès à la citerne souterraine

Mycènes-Poteries au musée Mycènes-figurine féminine au musée

Après quelques courses, nous prenons la route en direction de Galatas. Les paysages d'oliveraies entrecoupés de champs se dorent sous la lumière du soir. La route est sinueuse lors de sa montée mais à Fanari, nous longeons la côte avec le soleil qui se couche lentement. Le paysage change, nous découvrons la mer, ses îles et ses îlots.L'île de Poros la nuit

 

 

A Galatas même, nous ne pouvons pas stationner même au port alors nous continuons quelques kilomètres au sud. Nous trouvons un parking à côté d'une taverne. Nous avons l'accord du restaurateur pour la nuit. Nous dînons à la nuit, au vent qui nous rafraîchit. Nous terminons autour d'une consommation à la taverne face à l'île de Pôros que nous visiterons demain.

 

Galatas (sud)... Ermiqni (sud)Lever de soleil sur la mer face à Poros

56 Km

Nicole se lève tôt et prend des photos au lever du soleil pour la 1ère fois. Le soleil est déjà levé... il est 7 h15 et deux dames se baignent déjà. Le lever est un peu long pour chacun, Sylvain et Marie-Laure ont discuté plus d'une heure avec un français hier soir. Personne n'est pressé de se tremper.Barque au sud de Galata

 

 

Bref, nous franchissons deux barrières rocheuses pour atteindre un petit îlot juste en face. Après ce parcours un peu délicat pour GG et Jo (ils sont pieds nus alors que les oursins habitent les roches), nous enfilons les masques et les tubas pour découvrir de nombreux poissons qui se cachent dans les failles des rochers.

 

Bateau pour se rendre sur l'Île de PorosAprès le repas de midi, nous nous garons sur un parking proche du port à Galatas. Nous montons dans un bateau-navette qui nous emmène sur l'Île de Pôros.Eglise de Poros Le front maritime ainsi qu'une rue arrière parallèle sont très touristiques avec beaucoup de magasins et de tavernes. Nous grimpons à travers les ruelles jusqu'à l'église qui "surveille" Pôros

 Une ruelle à PorosUn angle de rue fleuri à poros

Coloquinthes suspendues à Poros

 

Ce dédale nous donne l'idée de ce que peut être l'ambiance dans les îles. Images peut-être clichées mais franchement agréables : maisons blanches au volume simple, fenêtres et portes bleues, toits recouverts de tuiles canal. Nous redescendons pour flâner le long du port qui accueille voiliers et yachts plutôt classe. Il faut bien rêver !

 Maison blanche et bougainvilliers à Poros

Berger et son troupeauRetour sur Galatas où nous reprenons la route longeant la côte en direction de Kranidi, avec de beaux points de vue sur criques, les côteaux vallonnés, la mer, l'île Hydra et les autres plus petites. Des citronnerais (les citrons sont verts à cette époque) apparaissent vers Lemonodassos. Quelquefois citronniers et oliviers sont regroupés. Des petits troupeaux de moutons apparaissent. Le littoral devient très marécageux auprès d'Ermiqni. Quel gaspillage sur le bas côté, des milliers d'aubergines ont été jetées là... nous traversons une régions de cultures : poivrons, aubergines, piments. Nous traversons Ermiqni qui abrite un très grand voilier en bois. C'est après avoir continué deux kilomètres plus au sud que nous arrêtons en bord de mer sur un grand parking ombragés par des eucalyptus. Nous nous y installons pour la nuit car jusqu'à présent, nous n'avions rien trouvé en bord de mer. Campement à Ermiqni sud

 

Bonne pause, "discussion" franco-grecque avec un vieux berger, jeu de badminton pour les gars, séance photos pour les filles. Un camping cariste français nous rejoint sur le tard et c'est avec lui que GG discutera tard dans la nuit... camping cariste lassé de chercher des endroits pour passer la nuit... un seul conseil, trouver un lieu bien avant la nuit facilite beaucoup la vie en camping-car.

 

Ermiqni... Néa Epidavros

89 Km

Petite église isolée au Nord de Trahia.

 

 

Matinée calme ce matin entre baignade... plongée à la recherche de poissons peu nombreux ici et pêche où les poissons ne feront pas notre repas de midi. Nous reprenons la route en direction d'Epidaure à travers la montagne via Kranidi, Fourni, Didima et Trahia. Epidaure, vue centrale sur les gradinsC'est après ce dernier village que nous nous arrêtons pour déjeuner à l'ombre d'une chapelle isolée.  C'est ensuite Epidaure qui nous accueille, site archéologique que nous visitons.

 

Epidaure, vue du haut des gradins

Epidaure, l'élégance et la perfection de son théâtre, admirablement conservé, ne sont plus à vanter. C'est le joyau du sanctuaire d'Esculape, héros et dieu de la médecine. Les ruines de ce site si visité s'élève dans un site isolé de douces collines plantées de bois de pins et de lauriers roses. Un grand parking semi-ombragé permet de stationner, parking où l'on peut y passer la nuit en camping-car. Nous visitons ce gigantesque théâtre où l'acoustique y est parfait. Epidaure, le site archéologiqueLe reste du site est malheureusement très abîmé et  en cours de restauration. Les principales pièces sont visibles au musée telles que les statues, les frises qui ornaient les temples du site. Peu de monde cet après-midi, certes, il fait chaud mais la température reste raisonnable.

Statue d'Aspédios au musée  
 
Frise d'un temple au musée

 

Détail d'une frise d'un temple au musée

Orangeraie sur la côte

 

Nous reprenons la route en remontant sur Athènes. Nous nous arrêtons à Paléa-Epidavros où ils nous est interdit de passer la nuit... dommage... le site est très sympa. Nous continuons jusqu'à Néa-Epidavros, tout aussi joli entre ces deux falaises. Nous stationnons sur une grande place derrière le port à deux pas de la mer où nous finissons la journée par une baignade. Le port et la Chapelle à Néa-EpidavrosNéa-Epidavros s'anime à la tombée de la nuit où des marchands viennent s'installer... produits locaux, bazar sont à la disposition de tous. Nous y allons après le dîner avant de préparer la journée de demain : Athènes.

Bateau de pêche en bois au port de Néa-Epidavros

 

 

 

 

 

 

Néa-Epidavros... Athènes

113 Km

Le canal de Corinthe

Passage d'un bateau dans le canal de Corinthe

Nous quittons Néa-Epidavros assez vite ce matin. Nous prenons la direction d'Athènes, après avoir suivi le bord de mer jusqu'à Corinthe, nous empruntons l'autoroute jusqu'à Athènes. Nous nous arrêtons au canal de Corinthe, au niveau du pont par la route départementale. Le canal de Corinthe, long de 6 Km 343, large de 24 m 60 sur une profondeur de 8 m, le canal présente des parois atteignant 79 m 50 au point le plus élevé. Nous avons la chance d'y voir passer un ferrie.

Nous reprenons l'autoroute pour Athènes, autoroute en vaste chantier d'agrandissement, soufflée par un vent fort. Toujours en direction d'Athènes, à 7 kilomètres du centre ville, nous trouvons le camping que nous cherchons : "Athènes Camping". Nous nous y installons, camping agréable, accueil sympa, légèrement ombragé.

 

Plaka et l'AcropoleAprès le repas, nous allons à Athènes en empruntant le bus qui passe juste devant le camping, puis le métro pour aller visiter le quartier de Plaka, juste au-dessous de l'Acropole.Travail des meubles dans le quartier de Monastiraki Plaka est très sympa à visiter avec ses ruelles pittoresques, ses rues étroites bordées de nombreux magasins. Nous passons devant la tour des Vents en marbre blanc encore en bon état pour arriver au quartier de Monastiraki, ancien quartier turc avec ses commerçants populaires et son marché aux puces d'Athènes.La Tour des Vents à Athènes

 

 

 

C'est  à pied que nous rejoignons la place Syntagma, au pied de l'ancien palais royal qui est devenu depuis 1935, le parlement. Nous avons la chance de voir la relève de la garde, sentinelles en jupette, chaussées de socques à pompons. La relève se fait par une sorte de fascinant ballet d'automate, remarquable de précision et de synchronisation très gracieuse. Le parlement à Athènes

 

La relève de la garde

 

L'entrée du jardin national à Athènes

L'entrée du métro

 

 

Après un pot dans un bar où nous sommes accueillis par une savoyarde, c'est le retour au camping en empruntant de nouveau le métro et le bus. Le métro à Athènes est très propre, il y est interdit de fumer et vous ne voyez aucun papier parterre.

Retour au camping... douches... lessive... dîner... discussion avec les voisins, il est déjà minuit... demain, Athènes nous retrouvera.

 

Athènes

0 Km

Acropole à AhtènesAprès une nuit calme sur le camping, à 10 h 30, nous montons dans le bus jusqu'au terminus Mathaxourghio puis le métro (direction Dafni, descente Acropoli). Nous grimpons le rocher de l'Acropole jusqu'au guichet. Après, c'est la foule, les guides crient pour appeler leur groupe, les individuels sont aussi nombreux.

 

 

Athènes, les colonnes de l'AcropoleLa photo mania est au rendez-vous devant le Parthénon même entouré d'échafaudages. Une grue aussi est présente mais bon ! La chaleur accable ainsi que des rafales de vent.Ahtènes, Cheval au musée Heureusement que les sculptures et les bas-reliefs exposés donne une idée plus précise de la richesse et l'intelligence de la taille de pierres au 5e siècle avant J.C. Grâce à qui ? A Phidias bien sûr ! Photos possibles absolument sans flash dans le musée si non le sifflet ou la voix des gardiennes retentit de façon désagréable. Il en sera de même si vous touchez ! Elles se fâchent très vite mais... respect oblige et c'est tout à fait normal.

 

 

Athènes, ErecheitonAhtènes, Athéna au musée

Le port du PiréeNous terminons la visite puis nous nous dirigeons vers Plaka pour manger. Nous nous laissons séduire par un serveur sur le trottoir. Menu à 8 € : salade grecque, porc gyros et moussaka, l'apéritif est offert pour les adultes et  les enfants. Très bonne cuisine et serveur dévoué au Plaka Taverna. Nous allons prendre le métro pour le Pirée. Une rue du PiréeA partir du quartier de Monastiraki, le métro est extérieur ce qui permet de voir d'autres quartiers et d'autres chantiers surtout vers le Pirée. A la sortie, la foule s'engage vers les quais des ferrys qui partent sur les îles. Les quais sont immenses. La foule cosmopolite fourmille partout. Pour voir d'autres bateaux genre yacht ou voiliers, nous traversons des rues quasiment vides. Quel contraste ! En effet, le quartier "yacht" est beaucoup plus calme. Une pause boisson et on s'en retourne pour revenir au camping en bus. Un bus très "primaire" au niveau confort nous emmène au terminus, nous n'étions sans doute pas au bon endroit. Le bus nous donne un aperçu d'Athènes non touristique. Bateau en bois au Pirée

 

 

Arrivés au camping, douche avec de l'eau chaude, il est vrai que dans le camping-car, dans les pays chaud, nous n'utilisons pas le chauffe-eau... c'est une autre sensation ! Lessive, Jo et Kévin jouent au foot avec un italien après avoir fait la vaisselle car depuis hier, ce sont nos ados qui font la vaisselle. Dernière nuit au camping avant de reprendre la route qui va nous emmener petit à petit vers la fin des vacances.

Athènes... trahilos

196 Km

 

Monument de la 2è guerre mondiale

 

Nous quittons "Athènes Camping" ce matin après avoir fait les vidanges et les pleins, et nous amorçons le retour par des étapes qui sont un peu plus longues pour prendre le bateau à Igounemitsa dans 2 jours. Nous quittons Athènes et remontons par Erithrès où nous achetons des légumes sur le bas-côté de la route puis Thiva où nous faisons nos courses dans un super marché... nous remplissons le frigo et les soutes de "Ouzo".

Plage et criq à Trahilos

 

Après un repas sur un parking après Thiva, nous nous arrêtons à un monument commémoratif de la seconde guerre mondiale avant de passer Delphes que nous visiterons demain, puis Ita, Galaxdi et nous retrouvons la plage de Trahilos... plage où nous avons bivouaqué il y a 15 jours quand nous sommes allés à la rencontre de Sylvain et Marie-Laure. Nous nous installons de nouveau... baignade... Sylvain sort le bateau pneumatique, la mer est calme et chacun profite d'une petite ballade en mer. Puis c'est le barbecue, sûrement le dernier... grillades à volonté pour tous. Un peu d'air rafraîchit l'atmosphère et la nuit s'annonce calme et reposante.

Traholos... Vonitsa

294 Km

Delphes, site archéologiqueNous quittons Trahilos assez tôt pour nous rendre à Delphes, site archéologique. Nous y arrivons par une belle route qui grimpe et serpente où nous avons l'impression d'être sur un circuit en 8. Delphes, le temple d'ApollonDelphes, dans un cadre grandiose du massif du parnasse, entre les pins, les oliviers et les cyprès.

Delphes, le théâtre

Delphes, le stadeDelphes accueille ses touristes avec modération ce matin. Nous découvrons les différents points du site encore bien conservés : le sanctuaire d'Apollon, le trésor des Athéniens, le théâtre avec ses 5 000 places, puis le stade avec ses gradins de 6 500 personnes. En contrebas du site, en passant par la fontaine Castalie, le site se poursuit avec le gymnase et le temple d'Athéna. Delphes, l'Aurige au muséeLe musée est ouvert avec simplement 2 salles, le reste est en restauration pour les J.O 2004. Dans l'une des salles, est exposée la magnifique statue de l'Aurige, datant de 478 av. J.C. qui garde encore toute sa splendeur. La visite du site s'achève dans ce cadre de verdure qui donne une fraîcheur à ses ruines connues du monde entier.

Delphes, Tolos et sanctuaire d'Athèna

Orage en mer

 

Nous reprenons la route en direction de la mer pour nous arrêter juste avant Galaxdi, à l'ombre des Eucalyptus. C'est ensuite, peu après Nafpaktos, que nous essuyons un violent orage... le ciel est en feu sur le Péloponnèse et sur la mer... la mer est plombée, la vitesse se ralentit, les routes sont glissantes. Nous poursuivons en passant par Messolongi, Agrinio, Amfilohia. Orage à AmfilohiaDe nouveau, nous sommes pris dans un violent orage juste avant Amfilohia... nous sommes en plein dedans... éclairs, tonnerres, pluie battante, grêle... nous sommes contraints de nous arrêter 10 minutes sur le côté de la route, la visibilité est nulle... impressionnant.

Orage à Amfilohia

 

 

 

Nous repartons lorsque la visibilité s'accroît pour arriver à Amfilohia, en contrebas de la montagne... c'est le déluge, les rues sont des torrents d'eau boueuse qui dévalent la montagne entraînant tout ce qu'ils trouvent sur leur passage pour aller se jeter dans la mer. Nous passons dans 50 cm d'eau à de nombreux endroits pour passer ce village qui souffre des caprices de la météo.

 

 

Coucher de soleil sur la citadelle de VonitsaNous poursuivons la côte pour rejoindre Vonitsa, petite ville ancienne où s'élève une citadelle vénitienne du 17e siècle. Nous trouvons un endroit magique, une île reliée à la terre par une digue... trop magique peut-être car la police vient nous dire : "No camping" et très gentiment nous indique un autre endroit, un kilomètre en aval en descendant une petite route qui nous emmène à la mer. La chapelle à Votnisa sur un coucher de soleil

 

 

 

 

Un grand espace nous accueille où les grecs ont installé leur caravane ou leur tente.... c'est du camping sauvage. C'est ici que nous passons la nuit après un dîner à huit dans le camping-car de Sylvain... le ciel est menaçant.

Coucher de soleil sur Vonitsa

Vonitsa.... Igoumenitsa

121 Km

Plage juste avant VonitsaCa y est, le ciel est dégagé ce matin et la nuit s'est passée sans orage. Le soleil est au beau fixe, la brume est au loin. L'eau est redevenue bleue pour la dernière baignade en Grèce. Camping-car en bord de merNous profitons de la douche de ce camping sauvage et c'est après le repas que nous reprenons la route en direction d'Igoumenitza en passant par le tunnel sous-marin à 2 Km de Préveza (5€). La route est bonne, assez droite et parfois surplombant la mer. Des petites criques accessibles sont envisageables pour y passer une nuit... mais pour nous.... ce sera pour un prochain voyage.... le bateau est pour ce soir.

 

Repas sur le PénéloppeNous arrivons à Igoumenitza pour y faire le plein de gas-oil moins cher qu'en Italie, quelques courses puis direction le port pour les papiers d'embarquement que nous réglons au bureau de la compagnie Agoudimos. Et tout à coup, nous apercevons David et sa famille ! Ce sont des collègues qui viennent de parcourir la Grèce et qui embarque demain.... nous échangeons quelques points de vue sur nos voyages et comme nous, ils sont enchantés de leur voyage. Nous nous dirigeons vers le port à la recherche du Pénélope, notre bateau et nous le trouvons au tout nouveau port. Coucher de soleil sur le bateauNous reconnaissons le personnel du bateau et réciproquement... les chiens facilitent la reconnaissance. L'un d'eux nous fait signe de monter à bord.... nous sommes les premiers... nous auront peut-être un peu plus d'air qu'à l'aller. Tous les autres camping-caristes garer sur le parking se précipitent pour embarquer à leur tour... inutile de se précipiter, nous ne sommes que dix camping-cars ! Les enfants sont les premiers sur le pont, mais ce n'est pas la foule ce soir sur ce bateau. Nous pique-niquons tous ensemble sur le pont et c'est à 22 h 30 que nous larguons les amarres. Un petit tour à la boutique détaxée pour l'achat de parfums et de cigarettes et nous finirons la soirée autour d'une table à la cafétéria. Quelle nuit allons-nous passer ?... A demain matin sur la terre italienne.

 

Brindisi... fano

646 km

Descente du Pénéloppe en Italie, Brindisi

 

La nuit a été bonne grâce au travel-cool et nous n'étions pas sous les moteurs ! Réveil à 6 heures sauf pour Floriane qui dort à poings fermés. Pendant 2 heures, nous contemplons la mer. A un moment, deux dauphins sautent quelques fois au loin pour le plaisir des yeux. A 8 heures, nous débarquons à Brindisi en Italie. Nous prenons notre petit-déjeuner sur le port. Enfin les 2 véhicules s'engagent pour le retour. Le calme et la chaleur règnent dans l'habitacle. Les paysages italiens défilent le long de cette ligne droite en bordure de mer. Nous pique-niquons sur une aire d'autoroute avant Pescara. Ce fut le déjeuner sur herbe ! re-route, re-chaleur, re-soleil... Enfin, nous trouvons l'aire de Camping-car de Fano, ville balnéaire au nord d'Ancône après quelques va-et-vient. Après la journée étuve dans le camping-car, il est bon de se baigner une dernière fois dans l'Adriatique qui est bien salée mais pas translucide. L'aire de camping-car est petite, gardée et payante (5 €) mais suffisante pour une étape alors que la mer se trouve juste à proximité. Dernière nuit à l'étranger pour ce voyage avant de rejoindre la France demain soir.

Fano... Col de Mont-Cénis

577 km

Lac du Mont-Cénis à notre retourNous partons de bonne heure. Les paysages de polyculture défilent. Nous nous arrêtons le midi sur une aire de pique-nique très bien aménagée sous les pins à Casteggio après Placienza.  Cet espace est fourni en eau potable, services pour C.Car, tables et bancs en bois pour le pique-nique. Nous repartons sur l'autoroute direction Turin. Les paysages sudistes disparaissent. Après les oliviers, les arbres fruitiers et les vignes, voici les céréales. Un poteau indique une température de 41° à l'ombre sur Turin. Il fait chaud encore et toujours. Une marmotte veille sur nous.Eh bien non, vers 17 heures, nous ressentons la fraîcheur en grimpant la route en lacets qui mène au Mont-Cénis.

 

 

Nous y sommes, nous retrouvons la France avec une certaine nostalgie,  nous retrouvons le lac sous un air de montagne. Le ciel est découvert au-dessus du lac mais bouché sur les montagnes italiennes. L'atmosphère est paisible au pays des marmottes.. Nous sommes garés au niveau du barrage où d'autres camping-cars sont déjà installés mais beaucoup moins tassés que sur le parking suivant. La nuit s'annonce fraîche et reposante.

Les camping-cars respirent l'air frais.

Col de Mont-Cénis... La Normandie

797 km

Nous reprenons la route pour rejoindre notre Normandie. Après avoir traversé la vallée de la Maurienne à la fraîche, nous passons Lyon pour pique-niquer sous une chaleur lourde. C'est ensuite que nous rejoignons Sancoins dans le Cher après avoir passé Macon et Moulin. Un petit arrêt dans la famille après que Sylvain et Marie-Laure nous aient laissé ici... ils sont à 80 km de leur demeure en passant par St-Amand-Montrond. Nous nous séparons ici mais nous garderons tous de bons souvenirs de la Grèce. Pour nous quatre, la route n'est pas finie puisqu'il nous reste encore 300 km à parcourir après avoir passé Bourges, Orléans et Chartres. Après un arrêt dîner au Nord d'Orléans, c'est à 23 heures que nous rejoignons notre demeure en Normandie... il fait doux.. tout est sec.... mais le jardin à résisté tant bien que mal à la canicule grâce à un arrosage automatique... demain, les légumes seront au repas... melons, tomates, courgettes...

Marmari

Souvenirs... Souvenirs... ils nous reste 632 photos à regarder pour ne pas oublier et comme nous, vous venez de parcourir 7 686 km dont 3641 en Grèce. Vous avez voyagé 36 jours dont 28 en Grèce, dormi 35 nuits dans la nature dont 6 pour l'aller-retour, 2 sur le bateau et 27 en Grèce.

Merci la Grèce pour ton accueil

GRECE

Grèce continentale

Péloponnèse

Grèce pratique

Cette page a été mise à jour le : 02/09/2006 21:29:21